La tentation d'un Nothomb

Publié le par kristel

"Il y a un instant, entre la quinzième et la seizième gorgée de champagne, où tout homme est un aristocrate" : quatrième de couv' du Fait du prince, le dernier Amélie Nothomb. Alléchant, il faut le dire... Et malheureusement, très décevant.

Une belle couverture, une petite phrase aguicheuse, on se dit que peut-être ce dernier livre d'Amélie sera à la hauteur de ses meilleures parutions. L'histoire : Un homme invité à une soirée explique à un autre invité que si une personne meurt chez vous, le mieux que vous puissiez faire pour éloigner les soupçons est de prendre un taxi et d'amener le visiteur à l'hôpital, où le décès sera constaté comme ayant eu lieu durant le transport. L'autre invité sera confronté dès le lendemain à ce curieux événement, mais prendra une toute autre décision, celle d'usurper l'identité du mort. Le début est prometteur, le style Nothomb est là, entre grands mots et petite dose d'humour distillée ici ou là. Mais la lecture se révèle très vite décevante : où veut-elle en venir? Quel intérêt y a-t-il à dépeindre la vie somme toute inintéressante des deux protagonistes principaux du livre? La fin arrive rapidement, en queue de poisson, n'apportant aucune réponse ni aucune idée précise. Qu'a voulu démontrer l'auteure? Certes, qu'elle n'a pas perdu son style. Mais ici, il est en version light. Malgré quelques jolies phrases ("J'étais heureux comme un champignon séché mis à tremper dans du bouillon : retrouver mon volume d'antan était délectable"), l'ensemble sonne creux, on oublie cette lecture dès la dernière page tournée.


Entêtée, j'attaque le Journal d'hirondelle. L'histoire me semble déjà plus riche : A la suite d'un chagrin amoureux, le narrateur, 30 ans, coursier, devient insensible. Il perd son boulot pour en retrouver un autre, plus conforme à son nouvel état : tueur à gages. Pas d'états d'âme à viser la cible, s'acquitter d'un crime parfait. Sinon une excitation nouvelle, une soif d'accomplir un geste quasi divin. Un jour, on lui demande d'exécuter un ministre et toute sa famille et de rapporter sa serviette. Dans celle-ci, le journal intime de sa fille. La curiosité aura raison du tueur : il lit le cahier. Son comportement devient alors erratique et si l'usage de ses cinq sens lui revient, c'est pour une métamorphose qu'il n'aurait auparavant jamais pu envisager.
La lecture de ce bref roman (toujours du Nothomb écrémé, gros caractères et nombreux blancs) est un peu plus plaisante. Amélie aime Radiohead est son héros se berce de leur musique pour commettre ses crimes. Du coup, ma lecture fut elle aussi rythmée par Radiohead dans ma tête. Une histoire d'amour dans le désordre, un héros très nothombien dans sa misanthropie. Mais on reste sur sa faim, cette histoire d'hirondelle aurait mériter une meilleure plume, plus inspirée.


Très sensible à la verve d'Amélie Nothomb, j'ai aimé beaucoup de ses livres, à commencer par Hygiène de l'assassin. Les catilinaires, Mercure, ses romans mi-autobiographiques, mi-fantaisistes comme Méthaphysique des tubes ou Stupeur et tremblements m'avaient enchanté. Même Acide sulfurique, avec lequel la critique n'avait pas été tendre, avait été un plaisir de lectrice. Mais déjà, le dernier Ni d'Eve ni d'Adam m'avait dérouté, laissé sur ma faim, malgré son prix de Flore (2007). Est-ce de la facilité de la part de l'auteure? Toujours est-il que c'est ce que le lecteur ressent... C'est bien écrit mais vide, plat, des histoires qui semblent baclées. Beaucoup ont reproché à Amélie Nothomb de n'avoir qu'un talent commercial et non pas un talent purement littéraire. Dommage que ces deux derniers ouvrages ne démontrent pas le contraire.


Le fait du prince, Albin Michel, Août 2008, 169 pages

Journal d'hirondelle, Le livre de poche, Avril 2008, 92 pages

 

Publié dans books

Commenter cet article

Sylbao 18/05/2009 04:38

J'ai adoré chacun des romans publiés les uns après les autres par Amélie Nothomb. Et si vous êtes intéressé par l'oeuvre et par l'auteure, je vous propose de jeter un oeil à un forum (dont je suis l'administratrice) qui lui est consacré, avec toutes ses nouvelles, ses interviews, etc. (http://Nothomb.forumactif.com) Merci !

kristel 18/05/2009 16:43


merci pour l'info!! j'aime beaucoup amélie nothomb, même si je suis moins convaincue par ses dernières publications... j'irai donc faire un tour sur votre forum.


Niko 19/04/2009 00:07

J'ai découvert Amélie Nothomb il y a un peu plus de 2 ans et depuis j'ai dévoré quasiment tous ses livres, il ne manque plus que son tout premier Hygiène de l'Assassin. A chaque fois c'est un pur plaisir de lire ses récits biographiques ou non, même si je dois bien admettre que ses deux derniers romans sont un peu en dessous de Stupeur et Tremblement, Mercure, Sabotage Amoureux ou Journal d'Hirondelle. Espérons que la cuvée de 2009 sera meilleure ^^

Marie 17/04/2009 18:01

J'ai surtout apprécié 'Métaphysique des Tubes' et 'Biographie de la Faim' pour ma part. Amélie Nothomb fut pour moi une découverte passionnante. Et puis une déception, lorsque je me suis rendu compte que finalement, tous ses livres se ressemblaient un peu. Elle peine à se renouveler et applique la même recette, qui fonctionne, certes, mais qui la décrédibilise dans le milieu littéraire.

Elo 16/04/2009 21:31

Bon j'avoue j'ai souvent été intrigué par son personnage assez médiatique... Et il y a quelques jours, j'ai hésité à emprunter un de ses ouvrages à la bibliothèque. Mais là avec ta critique, je n'ai même plus envie d'essayer! Y a t-il un de ses bouquins qui sort un peu du lot et où elle fait preuve d'un "talent littéraire" et que tu me conseillerais?!
Bisous

kristel 17/04/2009 09:25


j'ai la dent un peu dure avec elle, c'est vrai, mais ces deux derniers bouquins m'ont déçu. Sinon, elle écrit plutôt bien, je pense que tu devrais essayer! je te conseille "les catilinaires",
"péplum", "mercure"... son premier livre, "hygiène de l'assassin" est bien aussi, c'est particulier.
J'ai lu quasiment tous ses livres et en général, je suis plutôt bon public! mais là, elle se la joue facile je trouve, ce qui donne raison à ses détracteurs pour le côté commercial! elle devrait
peut-être moins produire pour prendre le temps de faire un roman plus dense avec une histoire mieux ficelée...
à bientôt élo et bel hommage à Druon que ton article ;)